I’m not perfect

madame+parfaite.jpgLa semaine dernière, je lisais un article dans Elle sur Gwyneth Paltrow que la toile surnomme désormais Madame Parfaite. Il y était dit qu’à trop vouloir se faire passer pour un modèle de perfection, elle était raillé par les internautes. Ses déclarations notamment font l’objet de heurs tant elles en deviennent moralisatrices.

Pourquoi ces réactions ? Sans doute parce que nous savons tous que personne n’est parfait. Partant, celui qui essaie de se faire passer pour tel n’attire pas la sympathie : il ne montre que ce qu’il veut bien montrer. Il manque cruellement de sincérité. Mais il a ce double pouvoir de te faire sourire et de te faire culpabiliser. Sourire parce que tu sens l’arnaque poindre. Culpabiliser parce que quand même tu aimerais bien être pareil.

Personnellement, je trouve tout cela très agaçant. A l’ère du 2.0, tu suis des comptes instagram, tu lis des blogs, tu vois des statuts facebook toute la journée. Et tous ces gens donnent toujours l’impression d’avoir une vie géniale sans aucune ombre au tableau. Mais est-ce vraiment possible d’avoir une vie aussi parfaite ? Leur vie repose-t-elle uniquement sur les endroits cools qu’ils fréquentent ? Leurs vacances à l’autre bout du monde ? Les restos hypes dans lesquels ils mangent ? Les sessions de sports qu’ils font ? Bien sûr que non. Mais personne ne se connecte sur les réseaux sociaux pour poster un statut du genre : « Ce matin, je n’ai pas été courir parce que j’avais trop la flemme » ou encore « Ma soirée d’hier était à chier : pas d’ambiance, j’ai trop bu pour oublier ». Non. Ces moments-là sont juste tus. Il ne faut pas dire, pas montrer les moments nuls de nos vies. Il faut juste faire la pub de nos vies. Finalement, c’est ça : les réseaux sociaux sont devenues un espèce d’écran pub continuel où l’on s’affronte à coup de tag d’amis, de localisation, de photos et de petits films.

Sur la toile comme dans la vie, on ne montre que ce qu’on veut montrer au final. Rares sont ceux qui vont être totalement sincères avec leur audience et partager leurs imperfections. Personnellement, j’en ai marre de lire et de voir une prétendue perfection qui n’existe pas. Et je le dis haut et fort : je ne suis pas parfaite et je l’assume.

Je fume des cigarettes, et je n’essaie pas vraiment d’arrêter pour le moment. Je n’arrive jamais à tenir un planning ou une liste alors que j’en fais tous le temps. Je repousse beaucoup au lendemain en me disant que j’aurai sans doute plus le temps. Je m’énerve parfois pour rien. Je ne me démaquille pas toujours avant de dormir parce que j’ai la flemme. Je m’épile parfois trop les sourcils et je hurle à la lose après. Je suis stressée de nature ce qui me provoque des rechutes de nail biting. Ma vie n’est pas toujours cool. Mes soirées ne sont pas toujours géniales. Les expos que je fais ne me passionnent pas tous le temps.

Surtout, je ne mange pas toujours sain. J’essaie dans la mesure du possible, je conçois des recettes, je me mets tout un tas de garde-fou mais parfois, ils ne sont pas suffisamment armés pour la bataille qui les attend. Tiens, par exemple, la semaine dernière, chargée d’anniversaires et donc de son lot de soirées, a été une véritable hécatombe. J’ai succombé à la tentation de l’alcool : ce rosé au pamplemousse me faisait tellement les yeux doux… Et si au début de la soirée, je me suis tenue à picorer des tomates cerises et des carottes, j’ai fini par attaquer des chips, des bonbons et d’autres douceurs matérialisant le mal pour la fille au régime que je suis. C’est fou comme les bonnes résolutions s’envolent vite quand on a bu deux ou trois verres… Pire que tout, j’ai fini par me faire un énorme Mac do à la fin d’une des soirées.

Finalement, à la suite de ce marathon de fiesta, je me suis retrouvée avec le ventre tout gonflé. Comme si j’avais subi la question et qu’on m’avait fait boire des litres d’eau via un entonnoir. Tu te souviens de Jacquard dans les Visiteurs 2 et de son ventre énorme ? Bah c’était moi. Je me suis pesée, j’ai cru à un attentat à ma balance tant tout cela était un scandale. Mais je ne suis pas vraiment sentie coupable. C’était comme si, inconsciemment, j’avais décidé de me prendre une semaine de vacances : ma semaine Live fast die young.

Voilà, la semaine dernière je n’ai pas été parfaite. Et je ne le serai pas la semaine suivante ou celle d’après. J’essaie juste de composer avec mon lot d’imperfections et d’avancer.

Et heureusement, parce que franchement : la perfection, c’est chiant à en crever. On a tous des défauts, des coups de mou, des doutes et des peurs. C’est humain. On est tous forts et faibles à la fois. Et la vie elle-même n’est pas parfaite. Alors pourquoi faire semblant ? Pourquoi ne pas être honnête les uns avec autres ? Et si on assumait juste notre part d’imperfection tout simplement ?

Et toi, en quoi n’es-tu pas parfait(e) ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s